Ma semaine de formation “Forêt-jardin” au Bec Hellouin

Ma semaine de formation “Forêt-jardin” au Bec Hellouin

10 janvier 2020 0 Par Claudine

Pour se former en permaculture, rien de tel que de participer à des cours thématiques. Voici un petit compte-rendu de ma semaine « Forêt-jardin » à la Ferme du Bec Hellouin.

La fameuse Ferme du Bec Hellouin

Vous en avez probablement entendu parler, de près ou de loin : La Ferme Biologique du Bec Hellouin, installée depuis 2004 en Haute Normandie, est l’une des références actuelle du maraîchage en permaculture. Dans le documentaire « Demain » et plusieurs ouvrages, les porteurs du projet Charles et Perrine Hervé-Gruyer témoignent de l’immense potentiel nourricier et bénéfique – pour l’Homme et la Terre – de la permaculture. La réputation du Bec Hellouin a rapidement dépassé les frontières françaises notamment en raison de sa participation à des études scientifiques prouvant que, sur une même superficie, les outils et principes de la permaculture permettent d’augmenter sensiblement la production maraîchère par rapport à une production conventionnelle… ça fait rêver !

La ferme est aussi connue pour les cours qu’elle propose et dont le but est simple : transmettre les connaissances acquises durant ces quinze années de pratique. Convaincue que la forêt-jardin est un merveilleux outil à mettre en place dans un projet permacole, curieuse de visiter le lieu, j’ai assisté à la formation « Fôret-jardin » donnée en novembre 2019. Cinq jours très intenses et riches d’apprentissages !

Une semaine pour tout apprendre sur les fôrets-jardins

Soyons honnête, lorsqu’on va au Bec Hellouin on s’attend à des cours de qualité… Et j’en reviens enchantée ! Perrine Hervé-Gruyer ainsi que plusieurs intervenants ont partagé, sans chichi et avec joie, leurs précieuses connaissances. Après une rapide introduction à la permaculture (le cours est destiné aux personnes ayant déjà les notions de base), nous sommes entrés dans le vif du sujet : comment concevoir une forêt-jardin, quelles essences y planter et pourquoi, comment, avec quels outils, quelles plantes associer entre elles pour augmenter la biodiversité et la production, les détails – pas si anodins – à prendre en compte, les productions alternatives possibles, les erreurs à ne pas commettre… Les après-midis pratiques, divisées en trois ateliers (bouturage, taille et entretien) ont quant à elles complété la théorie par des observations et exercices sur le terrain, sécateurs et pelles à la main. Le plus utile a probablement été le retour d’expérience des différents intervenants qui ont implanté, travaillé et entretenu de nombreuses forêts-jardins ces dernières années et ne rechignent pas à transmettre tous leurs conseils pratiques, échecs et réussites. Cerise sur le gâteau, le lieu est beau et tout un chacun peut se promener dans la ferme, belle occasion d’observer « en vrai » les méthodes conseillées par Charles et Perrine, pour s’en faire sa propre idée. Bref, on ne devient pas expert en une semaine, mais le cours fournit toutes les bases pour se lancer soi-même, quelques ouvrages complémentaires sous le bras, dans l’aventure “forêt-jardin”.

Avant tout, il s’agit d’une semaine d’échanges, pleine de rencontres et de débats : l’occasion de se faire des amis, d’apprendre dans la joie et de partager dans la simplicité… C’est aussi une parenthèse d’espoir dans un monde où l’on a parfois le sentiment que rien ne va plus. A voir les belles salades, les animaux heureux et les sourires joyeux, on se dit que finalement, ça va plutôt bien 🙂

Si je vous le recommande ?

Seule ombre au tableau : la formation, avec les repas du midi et du soir ainsi que les pauses, coûte malgré tout 1’400 euros, soit plus de 300.- CHF par jour… C’est chérot, même pour la suissesse que je suis. Si l’on ajoute l’hébergement et le trajet, la formation n’est de loin pas abordable pour tout le monde. Quoi qu’il en soit, je recommande sans réserve la formation « Forêt-jardin » à quiconque s’intéresse de près au sujet… Car même si le cours est cher, la connaissance est valorisable à l’infini et nous accompagne toute la vie.

Ô malheur, sachez pourtant que l’équipe du Bec Hellouin a réduit son offre de formations pour 2020 (voir plus ?) et ne propose plus qu’un choix restreint de thèmes, notamment des cours d’introduction et d’écologie intérieure.

Qu’on se console, Charles et Perrine Hervé-Gruyer ont écrit un magnifique condensé, bien imagé et plein d’anecdotes, de leur immense expérience pratique de la culture vivrière : Vivre avec la Terre, Manuel des jardiniers-maraîchers est un merveilleux outil, abordable pour tous et toutes.