L’oriculi, pour se nettoyer les oreilles sans produire de déchets

L’oriculi, pour se nettoyer les oreilles sans produire de déchets

18 mai 2020 0 Par Claudine

Qu’il soit en matières bios n’y change rien : utiliser un coton-tige jetable signifie, par définition, produire des déchets et utiliser de précieuses ressources chaque semaine de votre vie. Hourra ! L’oriculi nettoie tout aussi bien les oreilles, mais en mode « zéro déchet ».

4628 cotons-tiges dans une vie

Imaginons que vous vous curez les oreilles à l’aide de cotons-tiges jetables une fois par semaine à partir de l’âge d’un an, et que vous vivez jusqu’à 90 ans. Cela signifie tout de même (en simplifiant le calcul à 52 semaines par an) 4628 cotons-tiges jetés durant votre vie. Vous vous dites sûrement que les cotons-tiges sont petits et que ce n’est pas grand-chose… Or, chaque coton-tige comprend une somme importante d’énergie « grise », cette énergie cachée nécessaire à la fabrication d’un objet. Qu’il soit en matières bios n’y change rien : eau, coton, machines, énergie humaine, transport, emballage, encres, vente, incinération… sont autant de manipulations et de matériaux impliqués dans la fabrication, la commercialisation, l’utilisation et l’élimination d’un simple petit coton-tige.

C’est quoi, le plus simple ?

Le plus simple pour réduire les déchets et l’énergie grise liés à l’utilisation des cotons-tiges jetables est vraisemblablement… de ne pas utiliser de cotons-tiges du tout. Un peu d’eau chaude et votre petit doigt (rappelons au passage qu’il s’appelle auriculaire) feront généralement l’affaire. Toutefois, cela peut pousser le cérumen plus loin vers le tympan et provoquer des bouchons de cire. Si vous êtes sujet-e à ce genre de problème, l’oriculi est sans aucun doute une alternative efficace.

De la forme d’une tige, l’oriculi (ou « cure-oreille », déjà utilisé dans l’Antiquité, pour de vrai !) dispose d’une extrémité recourbée qui permet de gratter et de recueillir le cérumen, sans le pousser au fond de l’oreille (cet article explique comment se curer les oreilles en « faisant juste »). Après avoir testé la version en bois, je préfère sans aucun doute la version en acier inoxydable, qui se nettoie très facilement sans s’altérer : un peu d’eau chaude et de savon et le tour est joué, il pourra ainsi être utilisé par tous les membres de la famille (même les bébés) pendant des années.  Comme quoi, un seul bon outil suffit à remplacer 4628 cotons-tiges 🙂